• À propos
  • Biographie

De l’être à l’hêtre, une œuvre en quête de verticalité

 

Issue d'une famille de musiciens polonais, l’enfance à Szcecin est toute entière consacrée à une riche éducation artistique où se mêlent apprentissage du piano et du violon, cours de chant et de théâtre, et Ecole de dessin.

Plage de la mer Baltique

Des temps heureux où toute une société échappée du romantisme slave, lui donne le goût de Chopin, et ce rapport si particulier à la nature, aux arbres comme aux éléments, pureté de l’air, éclat de la lumière…, dont elle se réappropriera en d’autres lieux et d’autres temps, le souvenir pour nourrir une œuvre qui puisse faire rimer polyphonie et harmonie.

L’échec au concours d’entrée à l’Ecole d’Architecture précipite son départ en France. Tours, Paris… En 1979 désormais, l’effet mirage de la vie artistique française l’a séduite à son tour.

Reçue à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1981, elle se perfectionne durant deux ans, dans l’atelier de Yankel, au dessin académique, à la peinture, et expérimente la mosaïque.

Loin d’être reléguée dans les limbes d’un monde disparu, le souvenir de la Pologne l’accompagne alors dans la présence de la musique, définissant son expression picturale comme la simple restitution des sons perçus, par le mouvement de sa main.

Son départ pour le Midi, l’amène à Nice, après un détour par Montpellier.

Elle intègre la Villa Arson en 2° année, où elle bénéficie de l’enseignement de Noël Dolla, auquel elle restera reconnaissante de l’intérêt comme de la confiance

rénata vertical s

 accordée à son travail, de Jean Jacques Condom ou Michel Houssin…

C’est là le temps d’une première exposition de groupe à la 11ème Biennale Méditerranéenne, prélude à une vie artistique que vient interrompre pour un temps la naissance d’Anaïs puis de Maud.

C’est finalement dans son atelier de Saint-Jeannet, dés 1998, que s’épanouit la carrière de Renata Szyrocka. La séduction du lieu ne se limite pas à la beauté des panoramas, ou à la particularité de la lumière. Elle se redouble de la sociabilité propre aux milieux artistiques dans un temps où son implication dans la vie artistique 

renata portrait Mobile

locale lui offre matière à émulation, tout autant qu’à de riches coopérations avec nombres d’artistes français et étrangers. 

Dix ans d’une création dont la signification formelle s’apprécie dans la fusion des diverses expériences artistiques du passé. 

En 2009, le départ pour Vence marque à la fois une nouvelle existence, et l’accomplissement dans une esthétique particulière où vient se fondre l’héritage de diverses origines. 

L’exploration de la forme et de l'espace lui donne matière à une recherche sur la structure, le rythme et l'équilibre à partir de traits horizontaux et verticaux. 

Sensible à la méditation, elle dépasse la banale vision anthropomorphique des choses pour tente d’en saisir l’essence. Ainsi des arbres, du hêtre en particulier, dont elle exalte la verticalité, signe subtil d’un déplacement dans une autre dimension de l’espace. 

Son œuvre qui peut s’inscrire dans une mouvance non-figurative emprunte ainsi à la musique de sa prime enfance, à la richesse des enseignements reçus, et à la permanence de la notion de verticalité, fil conducteur de son propre sentiment d’exister, et élément essentiel de cet art de son temps, dont elle fait un art tout court. 

 

Jean-Baptiste Pisano
Université Côte d’Azur

Copyright 2018 RENATA SZYROCKA